On parle souvent de créer un potager sur les terrasses et balcons, mais peu de faire un verger… Pourtant, les arbres fruitiers nains n’ont pas leur pareil pour leur donner un petit air exotique et enchanteur – sans parler du contexte gourmet.

Kay York vous explique tout ce qu’on peut planter sur un balcon
pour le transformer en un verger de fruits délicieux…
“La tête de l’hôtesse quand j’ai embarqué dans l’avion avec six plants de citronnier…”

Sur un marché milanais, ce citronnier joufflu aux feuilles bien vertes et aux petites fleurs blanches qui sentaient si bon la bergamote m’avait irrésistiblement attirée au point de reprendre l’avion avec six plants. L’hôtesse dans un demi-sourire (vraiment demi!) m’avait même demandé si je comptais transformer l’espace en jardin botanique, tout en me laissant les installer aux pieds de mon siège. La vigne de Géorgie a réalisé le même parcours (un peu plus discret) de même que l’oranger de Séville précieusement conservé dans un bagage à main. Non contents de rappeler des séjours, des histoires, des amis, ils prolongent un plaisir gourmet qui m’a donné envie d’aller voir du côté de fruitiers qui pourraient garnir patios, balcons ou terrasses. Appréciés pour leur floraison printanière, ensuite pour leurs fruits et parfois même pour leur feuillage changeant en automne, ceux-ci se trouvent aussi en variétés naines qui mesurent environ 2 mètres à taille adulte soit 30 à 40% de leur hauteur normale. En revanche, les fruits tout aussi comestibles ont le même goût et ne sont pas plus petits

Quels fruitiers?

Quels fruitiers? 

De très nombreuses espèces sont représentées. Les premières auxquelles on pense sont les classiques pommiers (souvent choisis en colonnes) et poiriers qu’il est parfois préférable de palisser à cause du poids des fruits. Les pruniers, mirabelliers et les cerisiers séduisent par leurs floraisons printanières, mais aussi en automne lorsque leur feuillage se colore. Rien n’interdit d’inviter pêchers ou abricotiers. Enfin, les différents agrumes tels que citronnier, oranger, clémentinier, mandarinier, kumquat donneront un petit air résolument méditerranéen au moindre bout de terrasse mais, pour ces derniers, prévoyez de pouvoir les rentrer dès les premiers froids et jusqu’en mai dans une pièce lumineuse, ni trop chaude, ni trop froide, à 10° environ et arrosez-les moins fréquemment pendant cette période. 

Avant d’acheter

Réfléchissez à l’endroit où vous allez les poser. Il est important que celui-ci soit fort ensoleillé, abrité du vent, mais aéré. Comptez le nombre de plants dont vous avez besoin sans trop serrer les pots ce qui pourrait entraîner une diminution de la productivité. Au moment de l’achat, vérifiez que les variétés sont bien naines et de préférence autofertiles. Ces arbres à racines nues se plantent à l’automne ou au printemps juste avant le redémarrage de la végétation. Plus tôt vous allez dans les pépinières, plus vous aurez le choix. En pot ou en conteneur, il n’y a pas de périodes spécifiques.

Les fruitiers nains sont assez faciles à vivre

La mise en place

Choisissez un contenant de minimum 30x30cm, mieux de 40x40cm et d’une profondeur de 40 cm. Dans le fond, garni de trous de drainage, glissez des tessons de pots en terre cuite, du gravier ou des billes de drainage indispensables pour l’écoulement de l’eau. Recouvrez-les d’un feutre et disposez dessus le terreau adapté jusqu’à 2,5 cm du bord. Arrosez abondamment lors de la mise en pot. Ajoutez de l’engrais toutes les deux semaines, de mai à septembre. Pensez organique pour que vos fruits restent “bios”. Pour l’entretien, n’oubliez pas de bien les hydrater surtout l’été (l’hiver, il faut moins arroser) et prévoyez de renouveler la terre en surface sur 5 cm tous les ans. Rempotez dans un pot légèrement plus grand après quelques années. Après chaque floraison, éclaircissez, enlevez les rameaux desséchés et surveillez les parasites. Les fruitiers nains sont assez faciles à vivre, mais à observer de près durant les deux à trois ans après la plantation.

Les grimpantes décoratives

À pointer également les variétés qui ont besoin d’un support comme le kiwi  aux fruits très riches en vitamine C. Assez envahissant, il faut le tailler en juillet. Il est aussi sensible au gel et il est nécessaire de le pailler. Quant à la vigne, à condition de choisir des variétés adaptées à notre climat, elle peut même supporter des hivers assez froids. 

L’atout santé en bonus

Et pourquoi ne pas privilégier les petits fruitiers rouges? Comme les groseilliers à grappes et à maquereaux, les framboisiers, les mûriers (sans épines), les myrtillers (à faire pousser par deux pour une meilleure récolte). Sans oublier les cassissiers dont on peut utiliser les feuilles et les bourgeons en tisane, qui se plantent également à l’automne et au printemps et dont les fruits viendront égayer vos assiettes en saison. Kay York