Soyons responsables et solidaires, particulièrement envers la jeune génération qui aura à endosser la lourde charge de la dette publique! Plutôt que d’imposer, il importe d’informer et après de respecter le choix de chacun

Dans l’histoire de la médecine, la vaccination est, et reste, le moyen le plus sûr de se protéger contre toute une série de maladies dont les conséquences peuvent être sérieuses (voire mortelles). Elle a été un facteur décisif de progrès des peuples, à travers une meilleure longévité, une moindre mortalité infantile… Rappelons que la guerre contre la poliomyélite et la variole a été gagnée grâce à la vaccination! 

Les bienfaits généraux à attendre d’une vaccination de masse contre le Covid-19 dépassent largement les éventuels risques. Bien sûr, l’arrivée de vaccins moins d’un an après le début de l’épidémie soulève des inquiétudes au sein de la population. C’est normal et avant d’opter pour la vaccination, chacun doit s’informer auprès de sources sûres et surtout auprès de son médecin habituel. D’après de nombreuses études scientifiques, c’est une chance que représente le développement rapide d’un vaccin avec une efficacité très élevée. Les bienfaits généraux d’une vaccination de masse dépassent largement les éventuels risques. Pour obtenir une immunité de groupe qui permettra au virus de perdre en puissance, de vaincre la pandémie et d’interrompre le cercle vicieux des confinements, il faut arriver à un taux de vaccination d’au moins 70 % (voir 90 % en cas de virus-mutant plus contaminant) de la population. Se faire vacciner est un geste éthique car y renoncer met en danger sa vie, sa santé mais aussi celles des autres. 

Faisons-nous vacciner pour:

– Décharger le système de santé. Les professionnels de santé sont fatigués physiquement et moralement par de longs mois “au front”. Ils s’inquiètent de ne plus pouvoir consacrer suffisamment de temps au diagnostic et traitement d’autres maladies que le Covid-19, au risque de les voir évoluer défavorablement;

– Réduire les risques de mortalité et de complications liées au virus et qui impliquent l’invalidité. Il y a encore en Belgique trop de décès quotidien dus au Covid-19. Nous ne pouvons accepter cette situation sans agir personnellement;

– Permettre aux jeunes de retrouver leur vie. La solitude à domicile, l’école à distance, l’absence de visite d’amis, de sports, de fêtes… les fragilisent. Certains sont en grande souffrance;

– Atténuer la détresse des seniors en maison de repos. Ils souffrent de ne plus voir et embrasser leur famille. Ils ont peur d’être condamnés à mourir dans la solitude.

– Éviter un chômage de masse. L’impact économique se fait sentir par de multiples canaux. De nombreux emplois sont menacés dans plusieurs secteurs, parmi lesquels le commerce de détail, les loisirs, le tourisme, l’Horeca, le transport, l’événementiel;

– Rouvrir les lieux culturels. Pour le bien de nos esprits, la vie culturelle, élément vital d’une société dynamique, doit pouvoir à nouveau s’exprimer. Outre sa valeur intrinsèque, la culture resserre les liens sociaux et économiques;

– Permettre à chacun de retrouver la joie de vivre. Le confinement nuit à notre bien-être émotionnel. Les dépressions, psychoses et suicides ont augmenté, de même que les violences conjugales. Pensons à ceux qui souffrent dans leur âme.

La phase 1a du programme de vaccination est en cours dans notre commune. Elle s’adresse aux personnes âgées résidant en maison de repos, aux résidents d’autres hébergements collectifs, aux professionnels de la santé et du secteur médico-social. En fonction de la disponibilité du vaccin, viendra début mars, la phase 1b pour les personnes de plus de 65 ans et à partir de 45 ans souffrant de comorbidité (cardiaque, pulmonaire, diabète…) et durant l’été la phase 2 pour le reste de la population. 

La vaccination du grand public sera assurée par des médecins principalement dans des centres de vaccination à mettre en place. Uccle répondra à la demande du gouvernement bruxellois et les médecins généralistes ucclois se sont engagés à participer à la vaccination de nos concitoyens.  

L’Échevin de la Santé et le Collège ne manqueront pas de vous tenir régulièrement au courant du programme de vaccination et se tiennent à votre disposition pour répondre à vos demandes. Service Santé: ckerckhofs@uccle.brussels – 0494/53.16.31 (de 9 à 15h).