Ce début est déjà, en soi, une belle aventure pour les jeunes qui vont voir leur projet de “CanSat” lancé par une (petite) fusée, sur une base militaire de la région liégeoise, du 6 au 8 mai prochains. Ce CanSat est la simulation d’un satellite réel, mais incorporé dans le volume et la forme d’une canette de 33cl. Tout petit donc, le challenge étant d’incorporer dans cette canette tout ce qui est nécessaire pour prendre des relevés atmosphériques (température,  pression…), de les envoyer en temps réel à une station au sol et d’atterrir en douceur. Un vrai défi!

Piloté par Innoviris pour Bruxelles, le projet européen CanSat veut offrir aux jeunes une première expérience pratique dans l’espace en les rendant responsables de tous les aspects du projet scientifique: ils définissent le but de leur mission, conçoivent le CanSat, construisent les composants et s’occupent des tests et de la préparation au lancement. Ils analysent ensuite les données recueillies. Ce challenge a éveillé beaucoup d’intérêt dans nos écoles en Fédération Wallonie-Bruxelles et, au terme des présélections, 18 équipes (voir encadré) restent en lice, dont 4 uccloises: AlphaCan, du Lycée Français Jean Monnet; Torus, du Collège Saint-Pierre et deux équipes de l’école Decroly, Paraproto et Life on Mars. Nous avons choisi cette dernière pour l’exemple, mais tous les projets ont évidemment leur spécificité et leur attrait.

“Life on Mars”… pour un peu plus tard

La partie “rover” du projet

Avec “Life on Mars”, comme le nom l’indique, 6 élèves de 5ème secondaire de l’école Decroly ont pour mission primaire et obligatoire de prendre avec leur satellite-canette des relevés atmosphériques (température,  pression…), de les envoyer en temps réel à une station au sol et d’atterrir en douceur. “Mais, ajoute John Havenith, le porte-parole du groupe, une fois au sol, nous voulons explorer l’environnement avec un “rover” embarqué dans le CanSat. Il sera télécommandé, pourra se déplacer, et envoyer des images de la zone, grâce à sa caméra embarquée, qui nous transmettra les images en temps réel. En ayant calculé au préalable son autonomie, nous essayerons de parcourir la distance la plus grande possible au départ du CanSat.” Comme avec un vrai rover, les données recueillies permettront de schématiser le relief de la zone observée, “étape indispensable pour déterminer le meilleur endroit pour construire une base ou pour un potentiel atterrissage futur d’un objet plus grand et plus fragile.” Ni le ciel, ni l’espace ne sont près de quitter l’imaginaire des jeunes, ceux d’aujourd’hui comme ceux d’hier…

Les 18 équipes en lice:

QST 73 Athénée Robert Catteau, Bruxelles

SatBart Collège Saint-Barthélémy, Liège

Life On Mars – CanSat Ecole Decroly, Uccle

– L.O.S.T. Institut Notre Dame d’Arlon

– πezo, Athénée Robert Catteau, Bruxelles

– AlphaCan, Lycée Français Jean Monnet, Uccle

– Team JCP, Institut de l’Enfant Jésus, Nivelles

IMI Space-Station Immacula Maria Instituut, Roosdaal

TORUS Collège Saint-Pierre, Uccle

Mini_egg_project Cansat2k20 Institut Notre Dame d’Arlon

– Plan 8, Collège Saint-Michel, Gosselies

– Fat Electrons, European School of Brussels III

Can_nicula Inraci INRACI, Bruxelles

Axon – CanSat 2020-2021 Collège Saint-Michel, Bruxelles

– Gagarin Project, Collège Saint-Hubert, Bruxelles

– Pelicano, Institut Notre Dame d’Arlon

– Parproto CanSat Ecole Decroly, Uccle

– Helios, Athénée Royal Jules Bordet, Soignies.


Le site de Life On Mars: https://maellemoerman.wixsite.com/lifeonmars

Le site des organisateurs: https://innoviris.brussels/fr/cansat-belgium

qu’on retrouve aussi sur Facebook.